Cet article est ancien. Les informations présentées peuvent ne plus être à jour !

L’Association Nationale des Apprentis de France (ANAF) a décidé de poursuivre sa campagne qu’elle a débutée en avril 2015 auprès des candidats aux élections régionales sur l’apprentissage.

Comme tu le sais, les candidats aux élections vont beaucoup parler de toi et de l’apprentissage… et on oublie souvent de prendre en compte notre avis, à nous les apprentis…

Afin que cela ne se reproduise pas, l’Association des apprentis va interroger les candidats par courrier sur leur plan pour l’apprentissage au sein de leur région respective.

Nous allons leur poser 5 questions :

  1. Que comptez vous faire très concrètement pour aider les jeunes à marquer rapidement des points en entreprise (stages, alternance, emploi…) ?
  2. Quelles mesures prendrez vous pour renforcer chez eux le sentiment d’efficacité immédiat et le plaisir d’apprendre et de se cultiver à l’école et en formation ?
  3. Comment allez-vous aider les jeunes à obtenir rapidement la confiance des entreprises pour décrocher des stages et des contrats ?
  4. Comment comptez vous identifier les meilleures pratiques répondant aux 3 premières questions et aider les familles et les entreprises à les revendiquer ?
  5. Comment allez vous mettre en place un système représentatif des apprentis dans votre région ?

L’ANAF ne souhaite pas en rester là. Avec les réponses et les programmes des prétendants, nous réaliserons un classement national et par région afin de te donner une vision de ce qu’ils proposent… Ce classement sera publié mi-novembre avec ou sans les réponses …

Clique ici pour lire les propositions de l’ANAF !

La lettre :

Madame, Monsieur

La jeunesse, et les apprentis en particulier, ne se décourage pas malgré la situation économique actuelle et malgré le manque de propositions concrètes et innovantes la concernant.

Elle attend avant tout des pouvoirs publics qu’ils facilitent son accession à l’emploi bien sûr, mais aussi à une éducation passionnante, à des formations très vite efficaces dans la vie réelle.

Or, le système actuel freine la jeunesse. Il ne lui permet pas assez de marquer des points en entreprise et dans le réel, de se sentir passionné à l’école, dans son rapport au savoir et à la culture. Cette situation est indigne selon nous de la modernité à laquelle prétend notre pays en ce début de 21ème siècle.

C’est la raison pour laquelle l’Anaf  vous pose simplement 5 questions :

– que comptez vous faire très concrètement pour aider les jeunes à marquer rapidement des points en entreprise (stages, alternance, emploi…) ?

– quelles mesures prendrez vous pour renforcer chez eux le sentiment d’efficacité immédiat et le plaisir d’apprendre et de se cultiver à l’école et en formation ?

– comment allez-vous aider les jeunes à obtenir rapidement la confiance des entreprises pour décrocher des stages et des contrats ?

– comment comptez vous identifier les meilleures pratiques répondant aux 3 premières questions et aider les familles et les entreprises à les revendiquer ?

– comment allez vous mettre en place un système représentatif des apprentis dans votre région ?

Les réponses à ces questions pourraient constituer le début d’une reconquête de la confiance des jeunes, des familles et des entreprises qui, il faut bien l’avouer, n’est pas optimale ces derniers temps.

L’Anaf joint à ce courrier le programme qu’elle vous a adressé en avril dernier et qui rejoindra peut être certaines de vos idées.

La jeunesse ne doute pas de la préoccupation sincère des candidats sur ces sujets précis, mais elle s’impatiente et attend des mesures concrètes.

L’Anaf étudiera vos propositions avec beaucoup d’attention et sera un partenaire proactif pour les développer

Très cordialement

Sakina Ben Khalifa

Présidente de l’ANAF

Share This