Cet article est ancien. Les informations présentées peuvent ne plus être à jour !

Rz_29b
En général, il y a deux genres de formation. Il y a la formation en apprentissage dans laquelle on demande aux apprentis d’effectuer des cours théoriques dans les centres de formation et le pratique dans des entreprises. Ces apprentis bénéficient d’énormes avantages par rapport aux étudiants. Du fait qu’ils soient rémunérés et qu’ils aient déjà un pied dans le monde de l’entreprise.

L’autre modalité, c’est la formation classique où les jeunes étudiants devront suivre des cours théoriques tout au long de l’année scolaire. Pourtant, certains jeunes ne sont pas boursiers et ne sont pas à la charge de leurs parents. Alors la majorité de ces étudiants travaillent à temps partiel afin de subvenir à leurs besoins.

Nous avons pu interroger une jeune étudiante « Salma » scolarisée à l’université Paris 13. Elle nous témoigne son vécu.
Salma :
« Cela fait 2 ans que je travaille dans un Fast food. Ce n’est vraiment pas facile car mon université est loin de mon lieu de travail. Alors, après les cours, je me presse pour prendre mon train afin d’arriver à l’heure au boulot. En général, je commence à 18h, sachant que je fini mes cours à 17h.
De plus, je fini très tard le soir et avec le temps du transport, j’arrive à la maison vers minuit. Ensuite je suis tellement fatiguée que je n’arrive pas à réviser.
D’ailleurs, je dors souvent dans les transports en commun durant mon trajet lieu du travail – à mon domicile.

Je fait ce boulot depuis 2 ans, tout en sachant que ce n’est pas un travail que j’aimerais faire plus tard. J’ai décidée de changer d’école, l’année prochaine je vais aller dans un centre de formation.
Comme je ne suis pas boursière et que mes parents ne peuvent pas m’aider, travailler est le seul moyen pour subvenir à mes besoins.

En effet, je n’ai pas pu choisir une formation en apprentissage après mon bac car j’avais cette image qu’après mon bac j’irai à la fac. Pour moi, c’était comme une ligne directe. Après le lycée j’irai dans une université!

Pourtant les routines universitaires ne coïncidaient pas à ma situation et l’expérience que je voulais acquérir. A l’époque je me suis pas assez renseignée et je me suis engagée dans une formation qui ne me convenait pas du tout!

Grace à l’Anaf, j’ai pu trouver une formation qui coïncide vraiment à ma situation. »

Share This