Cet article est ancien. Les informations présentées peuvent ne plus être à jour !
François Rebsamen, les apprentis veulent un plan d’urgence !


 La non-nomination d’un nouveau ministre de l’apprentissage n’est pas une bonne nouvelle pour les jeunes apprentis et les professionnels du secteur. L’Association Nationale des apprentis de France aurait préféré qu’il ne disparaisse pas en 2013 mais l’essentiel est la prise de conscience par l’exécutif de l’importance d’un plan d’action pour la rentrée 2014.

Ecoutons les apprentis !

Le ministre doit très vite prendre conscience de l’importance d’écouter les jeunes apprentis souvent oubliés dans les différentes concertations gouvernementales.

L’Association des apprentis (ANAF) demande au ministre du travail de s’engager dans la pédagogie et l’accompagnement des apprentis au sein des CFA et de lancer très rapidement un plan d’urgence pour aider les jeunes sans entreprises en septembre 2014.


40 000 jeunes se retrouvent sans entreprise en cette rentrée 2014. 

Les jeunes subissent :

    • de pleins fouets la crise économique,
    • les problèmes de posture des jeunes qui effrayent les entreprises


Les apprentis souhaitent que le ministre du Travail mette en place un plan d’urgence pour éviter que des milliers de jeunes se retrouvent sans entreprises fin 2014 axé sur l’accompagnement des jeunes.

L’accompagnement des jeunes apprentis, dans leurs recherches d’entreprise tout comme dans leurs relations avec le monde professionnel permet d’anticiper les situations les plus délicates avec les professionnels et induit une posture attractive vis-à-vis de l’entreprise qui permet de valoriser à la fois les jeunes professionnels et ce mode de formation.

L’ANAF souhaite travailler avec le ministre pour redynamiser l’apprentissage, le rendre plus attractif pour les entreprises et revaloriser son image auprès de l’Education Nationale.

Contact presse : 01.49.67.04.07 / 06.31.93.76.40 –  http://www.anaf.fr

Share This