Cet article est ancien. Les informations présentées peuvent ne plus être à jour !

L’ANAF a récemment interrogé les candidats aux élections régionales sur leur programme ! L’objectif ? Découvrir les mesures de chacun en faveur des apprentis. Pour cela, nous leur avons posé 5 questions qui te concernent. Et sur les 30 candidats (issus de 11 régions) ayant répondu, 22 ont apporté, selon nous, des propositions répondant « très bien » à « assez bien » à tes intérêts d’apprenti. Découvre vite la teneur de ces résultats grâce à cette chouette infographie made by l’ANAF ! On t’explique tout en détail, juste après.

Card

4 critères nous ont permis de noter les réponses des candidats sur 20 et de les classer de 1 à 30 :

  1. le fait que la réponse ait été apportée par écrit (3 points)
  2. le fait que chacune des 5 questions ait été traitée séparément (3 points)
  3. le caractère concret des propositions (7 points)
  4. la considération apportée aux considérations de l’ANAF, sans forcément les adopter (7 points)

Ce sont évidemment les projets et non les bilans qui ont été évalués !

7 candidats se distinguent particulièrement avec des propositions très concrètes

Et notamment, une prise en compte des préoccupations centrales des apprentis, comme par exemple marquer des points en entreprise, y réussir ses missions, y trouver des motivations pour les contenus scolaires… Ces 7 candidats sont :

  • Mme Pécresse et M. Bartolone à égalité (Ile-de-France)
  • M. Morin (Normandie)
  • M. Viguier (Centre Val de Loire)
  • M. Bertrand (Nord pas de Calais)
  • Mme Cosse (Ile-de-France)
  • M. Kohlass (Auvergne Rhône Alpes)

Ces 7 candidats nous ont particulièrement convaincus par l’articulation qu’ils ont faite entre leur programme et certaines des 10 propositions de l’ANAF. Voici les idées (partagées parfois par les autres candidats) qui ont retenu notre attention :

  • contrats de progrès liés à la proactivité en Normandie (Morin) et en Ile-de-France (Bartolone, Pécresse, Cosse),
  • individualisation en Auvergne Rhône Alpes (Kohlass)
  • outils connectés en entreprise et en formation en Ile-de-France (Bartolone), en Bretagne (Le Fur), en Centre (Bonneau), en PACA (Le Pen), en Pays de la Loire (Gannat) et en Alsace (Masseret)
  • formation des formateurs à la proactivité en Nord pas de Calais (Bertrand), Ile-de-France (Pécresse, Bartolone) et Normandie (Morin)
  • reprise de « Filme ton job » (s’améliorer en entreprise et apprendre par la vidéo et les réseaux sociaux) en régions Centre et Normandie (Vigier et Morin)
  • lutte contre la discrimination dans l’apprentissage en Ile-de-France (Cosse)
  • reprise d’ApprentiScènes (théâtre pour l’emploi) en région Centre (Vigier)
  • réseaux d’entreprises pour faciliter l’échange entre jeunes et professionnels (1000 entreprises en Normandie, Morin)
  • parrainage et ambassadeurs pour aider les jeunes en Normandie (Soubien)
  • utilisation de la proactivité par les développeurs en région Centre (M. Vigier)

Et les autres candidats ?

Si on est convaincus que les intentions des 14 autres candidats sont très bonnes, on est en revanche moins fan de leur mise en oeuvre, pas suffisamment décrite selon nous (renforcer le lien entre les CFA et les entreprises ? lutter contre les inégalités ? lutter contre l’échec scolaire ? mobiliser les entreprises ?…). On a trouvé les réponses de ces candidats un peu trop théoriques et classiques, notamment sous forme d’aides financières ou logistiques.

On espère quand même pouvoir approfondir avec eux la notion prioritaire des apprentis : la réussite immédiate en entreprise, l’anticipation des besoins de production imminents et de levier pour l’envie d’apprendre. C’est, selon nous, une notion qui doit être développée par les régions de toute urgence, dans ton intérêt, car elle est idéale pour t’aider à gagner ta place en entreprise (tout en réussissant ton parcours scolaire).

L’ANAF remercie les 30 candidats qui ont répondu et estime que ce nombre est en soi un signe encourageant pour la jeunesse ! Mais on espère que les nouveaux élus iront plus loin dans leur écoute des priorités pour les jeunes. Les futurs présidents et présidentes de région pourront ainsi lutter contre le découragement et la frustration, aujourd’hui plus dangereux que jamais. Ils pourront regagner réellement la confiance de jeunes qui ne demandent qu’à aimer apprendre et réussir leur projet professionnel…

Télécharger le Classement National

Share This