Cet article est ancien. Les informations présentées peuvent ne plus être à jour !

Sakina Ben Khalifa vient de terminer sa première année en tant que Présidente de l’Association des Apprentis. L’occasion pour nous de parler avec elle des actions réalisées et surtout du futur.

Plusieurs élus et candidats ont repris nos propositions présentées à la presse le 14 avril. Est-ce que ça veut dire qu’on écoute plus les apprentis qu’avant ?

Sakina-Ben-Khalifa-Présidente-AnafC’est certain ! Avec mon équipe, nous faisons en sorte de porter une autre vision de l’apprentissage en France. Dès 2012, nous avons été les premiers à mettre le doigt sur le problème des ruptures de contrat (20% par an) ou sur le statut de l’apprenti jugé insuffisant. Regardez aujourd’hui, plus personne ne fait de propositions sans parler de ces deux sujets ! Nous sommes fiers d’avoir fait bouger les lignes en 3 ans.

Nous ne faisons pas que revendiquer, nous montrons et valorisons ce qui fonctionne dans les CFA et dans les régions. Il n’est pas question de stigmatiser les entreprises et les CFA. On doit faire bloc.

Ça paraît compliqué quand on voit que les intérêts divergent ?

Oui, si nous restons à la surface du sujet. Depuis des dizaines d’années, c’est en opposant, sur le dos des apprentis, le « tout scolaire » et le « tout productif » qu’on empêche l’apprentissage de vraiment se développer. Par contre, si on développe des approches innovantes et performantes sur le plan économique, sur le plan humain comme sur le plan des valeurs éducatives, nous redresserons le pays et nous souderons notre société.

Répondre aux besoins à court terme de l’entreprise donne des forces de négociation aux jeunes apprentis et un levier pédagogique pour les formateurs.

C’est ce qu’on appelle la proactivité, c’est ça que les apprentis réclament et demandent. Je me bats tous les jours pour qu’elle soit déployée et défendue par nos élites.

Une tablette par apprenti, ça paraît faisable ?

Mais totalement ! La tablette ça permet aux apprentis d’avoir la bonne info au bon moment pour la bonne action. C’est un allié de la proactivié. Ça permet aux apprentis d’être efficaces en entreprise, et leur redonne envie d’apprendre.

Faut juste sortir le pied du frein… À l’Anaf, nous avons compris très tôt l’enjeu des tablettes connectées pour les apprentis (c’est un peu un pléonasme). Aujourdhui, on se sent moins seuls sur le sujet puisque des élus de tous bords politiques s’y engagent clairement.

En plus avec FilmetonJob, cela a tout son sens. On cherche à faire gagner un voyage à New York pour le 4e concours à l’apprenti qui fera la meilleure vidéo (Erreur, conséquences et solution). Si nous y arrivons, avec les tablettes déployées en région Île-de-France, nous allons démontrer tout ce que nous défendons depuis le début : s’amuser de ses erreurs, pour mieux apprendre et être bon en entreprise.

À la fin de l’année, l’ANAF aura 5 ans. C’est quoi les objectifs pour les 5 prochaines années ?

Trois choses : d’abord, je veux rassembler les apprentis ! Nous formons une même famille, je veux les réunir au sein de l’ANAF, au sein de nos actions et de nos organes de représentation. Je ne veux plus qu’un seul apprenti se retrouve isolé. Nous sommes 400 000, nous devons être connectés et solidaires.

Ensuite, l’ANAF a pour ambition d’être une organisation représentative de la jeunesse, moderne, ancrée dans son époque.

En mars, nous avons sorti notre premier magazine en ligne, nouvelle formule du blog avec des articles qui traitent des sujets qui intéressent les jeunes apprentis. Nous poursuivons notre conquête du web avec énormément d’ambition et nous y mettons les moyens.

Pour terminer, je souhaite travailler plus en lien avec les directeurs de CFA dans les régions. J’ai envie qu’on trouve un plan d’actions en commun pour l’intérêt de l’apprentissage et des apprentis. Sur la représentativité, la citoyenneté, et surtout, sur les moyens d’impliquer toujours plus les entreprises dans la formation. Sinon, l’apprentissage perdra peu à peu sa vraie plus value. On est prêt à faire un travail pour valoriser les CFA, j’espère qu’ils vont continuer à nous ouvrir leurs portes !

Share This