Cet article est ancien. Les informations présentées peuvent ne plus être à jour !

Après plusieurs années de partenariat, l’ANAF et la région Île-de-France passent à la vitesse supérieure ! Une convention liant les deux partenaires vient en effet d’être signée pour trois ans. A la clé, une subvention annuelle de 40 000 euros pour l’ANAF, et quelques projets à venir.

Pourquoi une convention ?

Forte de ses cinq années d’existence et de son réseau d’adhérents, l’ANAF prouve une fois de plus qu’elle peut être le partenaire idéal des institutions. Avec la signature de cette convention, les deux partenaires mettent le cap sur le développement de l’apprentissage.

Concentré sur la réussite des jeunes de son territoire, le Conseil régional d’Île-de-France a mis en place de nombreux dispositifs spécifiques à l’emploi de la jeunesse, et ce depuis plusieurs années. Il porte ainsi une attention particulière à l’apprentissage, notamment par le biais d’une démarche « qualité ». Initiée en 2009, cette dernière vise à réduire au maximum le nombre de ruptures de contrat entre jeunes et employeurs. Résultat : en 6 ans, le taux de rupture sur la Région a très largement diminué. Il est aujourd’hui de 4,8  %, tandis qu’il est encore de 21  % à l’échelle nationale.

Parce qu’elles sont toutes les deux tournées vers le développement de l’apprentissage, il était donc logique que l’Ile-de-France et l’ANAF renforcent encore leur collaboration, et la rendent plus officielle par le biais de cette nouvelle convention ! Deux acteurs véritablement faits pour s’entendre !

Quels projets à venir ?

Outre la subvention annuelle de 40 000 euros attribuée aujourd’hui à l’ANAF par cette convention, les deux institutions partenaires souhaitent renforcer les actions menées par le Conseil Régional auprès des jeunes en apprentissage.

Au cœur de leurs missions, la consolidation de la pédagogie de l’alternance par anticipation, ou “proactive”, qui vise à diminuer fortement le taux d’échec ou d’abandon des jeunes en formation.  Dans les mois à venir, une quinzaine de jeunes en service civique devraient être recrutés, avec pour objectif d’aider ceux qui le souhaitent à décrocher un contrat d’apprentissage. Ces jeunes en service civique ont vocation à devenir de véritables appuis pour les alternants, de manière à améliorer leur formation, et à lutter contre leur éventuel décrochage.

Enfin, alors que de nombreux apprentis se tournent vers l’ANAF, cette dernière leur assure aujourd’hui, grâce à la signature de cette convention, une meilleure représentativité.
 
Grâce à la signature de cette convention, l’ANAF prouve une nouvelle fois qu’elle compte aujourd’hui comme un acteur incontournable de l’apprentissage !

Share This