Cet article est ancien. Les informations présentées peuvent ne plus être à jour !

En 2011, dès sa création, l’Association Apprenti a eu pour vocation d’accompagner les jeunes dans leur recherche de contrat en alternance et leurs relations avec les entreprises.

Pour remplir cette mission, l’ANAF s’est inspirée de l’alternance proactive mise en œuvre par la Région Île-de-France et a créé sa propre méthode de recherche d’entreprise.

En effet, l’alternance proactive, qui était dédiée spécifiquement au suivi de la formation, ne s’appliquait pas à cette époque aux démarches que les jeunes peuvent entreprendre pour obtenir la confiance des entreprises et trouver un contrat d’apprentissage, un stage ou même un contrat de travail.

L’ANAF s’est aussi inspirée d’une méthode de recherche d’entreprise basée sur le questionnement mais qui n’était pas centrée sur les besoins immédiats des entreprises et qui n’avait pas de protocole formalisé.

Tout en s’inspirant donc de ces sources, l’ANAF a structuré et enrichi sa propre méthode proactive de recherche d’entreprise :

– un protocole original en trois étapes,

– des alternatives à ce protocole selon les contextes (type de public, maturité du projet professionnel, secteur professionnel, contact téléphonique, salon, rdv…),

– des alternatives dans chaque protocole selon les objections des entreprises menant à de véritables algorithmes de simulation,

– des questionnaires techniques à choix multiple spécifiques par métier, centrés sur les besoins immédiats des entreprises,

– des dizaines d’expérimentations avec des centaines de jeunes accompagnés…

Ce travail considérable et ces innovations décisives ont conduit l’ANAF a déposer sa « recherche proactive d’entreprise : Droits-Devoirs et Posture / Communication Pro-active » et à se considérer propriétaire de la méthode.

C’est bien pour combler un terrible manque que l’ANAF a introduit la proactivité conçue par la Région IDF dans la recherche d’entreprise pour les jeunes.

En faisant cela, elle a été ces dernières années confrontée à l’incrédulité voire à l’indifférence de quelques acteurs de l’emploi et de l’insertion professionnelle. Il ne faudrait pas maintenant que ces mêmes acteurs revendiquent la paternité d’une méthode qu’ils ont tant tardé à reconnaître.

Pour aller plus loin :

Le livre « Apprentissage : ce que veulent les jeunes et les entreprises » (D. Ledogar, L’Harmattan) rassemble les différentes dimensions de la démarche proactive, que ce soit pour l’orientation professionnelle, la recherche de contrat, la formation alternée ou la création d’emploi. Disponible chez L’Harmattan, et sur Fnac.comAmazon.
Share This