Le 17 juillet 2019, l’Association Nationale des Apprentis de France a été reçue par Franck MOREL, Conseiller relations sociales auprès du Premier ministre. L’objet de la rencontre portait sur la mobilisation nationale pour l’emploi et la transition écologique et numérique, lancée en mai. Le gouvernement souhaite qu’un travail soit mené sur le logement des apprentis et sur la mise en relation entre l’offre et la demande. L’ANAF va proposer des actions concrètes aux préfets de région.

Une mobilisation qui vient compléter la réforme

La mobilisation nationale a pour objectif, notamment, de trouver des solutions face aux problématiques rencontrées par les futurs et actuels apprentis. Elle est focalisée sur le logement et la mise en relation entre l’offre (employeurs désireux d’avoir des apprentis) et la demande (futurs apprentis en recherche d’un employeur). Bien que ces éléments aient été remontés par l’ANAF durant la concertation sur l’apprentissage, ils n’ont pas été traités dans la loi “Liberté de choisir son avenir professionnel” du 5 septembre 2018.  

Réduire les portes d’entrée pour favoriser la lisibilité

L’apprentissage souffre d’un nombre important d’acteurs. La vision de l’association, de par son expérience, est de réduire le nombre de portes d’entrée afin de permettre aux jeunes et à leur famille d’identifier facilement un interlocuteur. Ce constat est partagé par Franck MOREL.  

Deux portes d’entrée sont proposées : le tchat en ligne SOSApprenti (http://sosapprenti.fr) et un simulateur des aides à destination des apprentis (sortie en septembre 2019). L’ANAF répondra directement à l’ensemble des questions et transférera les conversations aux acteurs territoriaux compétents si nécessaire. Ces derniers répondront directement dans l’outil. Les jeunes n’auront aucune démarche à effectuer et cela permettra d’éviter la déperdition qu’il y aurait eu si le jeune devait changer d’interlocuteur. 

Les préfets de région devant bâtir des plans d’actions, l’ANAF va leur proposer de décliner cette vision et ces outils sur leur territoire. Cette démarche est soutenue par Franck MOREL.

Share This