Cet article est ancien. Les informations présentées peuvent ne plus être à jour !

Nous ne savons plus quoi faire pour démontrer aux pouvoirs publics que le développement de l’apprentissage ne se fera pas sans nous.

Imaginons un instant un monde où les jeunes auraient du mal à parler tout simplement aux entreprises. Un monde où le comportement des jeunes serait décisif pour obtenir la confiance des entreprises.

Leur entraînement à manipuler les codes de l’entreprise deviendrait indispensable ainsi que les jeux de rôle pour apprendre les meilleures façons de parler aux employeurs.

En fin de compte, dans un monde comme celui-là, le développement de l’apprentissage se résumerait à la bonne volonté des jeunes et surtout, à la capacité de leurs accompagnateurs à les aider vraiment à changer leur comportement.

Imaginons que dans ce monde désespérant où la jeunesse ne saurait pas parler aux entreprises, les accompagnateurs ne sauraient pas trop parler non plus aux entreprises…

Cela forcerait les jeunes à se débrouiller tout seuls et à inventer eux même les bonnes méthodes.

Mais heureusement, notre monde n’est pas comme ça. Et tout ne tient qu’à la volonté des entreprises.

Le pacte de responsabilité, quelques beaux discours et une bonne campagne devraient arranger tout ça !

 

Alban Micoli

 

Share This