Cet article est ancien. Les informations présentées peuvent ne plus être à jour !

J’ai parlé hier avec le directeur d’un CFA du sud de la France. Au cours de la discussion, j’ai été amené à décrire ce que fait la région île de France avec l’ANAF pour les CFA : formation des formateurs, webtv sur l’alternance, réduction des ruptures à 8%, passerelles proactives pour aider les jeunes à trouver une entreprise, tablettes numériques pour les apprentis et les formateurs, filme ton job, apprentiscenes : le théâtre dédié à l’emploi…
Il a halluciné !

Plus je lui expliquais comment ces dispositifs se concentrent tous sur l’alternance proactive, plus il hallucinait. Il a fini par me dire qu’il faudrait que tout ça existe dans la France entière pour avoir une chance de développer vraiment l’apprentissage.

Nous à l’Anaf, on est bien d’accord, d’autant plus qu’on est impliqués dans chacun de ces dispositifs et qu’on voit bien l’énorme impact qu’ils ont sur les jeunes et les entreprises.

Alors ? Le gouvernement ou l’association des régions peuvent ils réfléchir à cette question ? C’est sans doute dans ces dispositifs innovants et tous dédiés à l’alternance proactive que se trouve le salut de l’apprentissage en France. Car ils sont plus attrayants que jamais pour les jeunes et les entreprises.

 

Alban Micoli

Share This