Cet article est ancien. Les informations présentées peuvent ne plus être à jour !

L’alternance proactive (anticiper les besoins immédiats des entreprises par la formation et le conseil) apporte des réponses aux problèmes insolubles du gouvernement et des régions sur l’apprentissage. 

Depuis 6 ans, elle a permis sur un échantillon de 60 000 apprentis, de faire passer les ruptures de 21% à 5%, et de placer en contrat d’apprentissage 60% des jeunes accompagnés.

Ces résultats sont dus à l’efficacité des jeunes en entreprise et à leur appétence scolaire, démultipliées par les CFA avec cette méthode novatrice.

De quoi attirer les jeunes et les entreprises vers l’apprentissage en désamorçant leurs vraies réticences : peur de l’inefficacité du jeune, peur de la rudesse de l’entreprise, peur de l’échec scolaire. Ces peurs sont détruites à la racine par l’anticipation des besoins immédiats des entreprises par la formation.

Les formateurs qui pratiquent cette alternance sont enthousiastes. Les entreprises et les jeunes sont incomparablement plus impliqués que dans les démarches classiques.

Les jeunes en recherche de contrat acquièrent rapidement les codes de l’entreprise, la capacité à anticiper les besoins immédiats… et l’envie d’apprendre au CFA.

L’Anaf propose au gouvernement une note de mise en œuvre concrète pour la généralisation de cette méthode et souligne son coût modeste (voir ci-joint). Elle insiste notamment sur la formation des personnels des CFA, des régions… et du gouvernement à la démarche proactive.

Que faut-il de plus au gouvernement pour décider de généraliser cette démarche en complément des mesures structurelles qu’il présente ?

Propositions ANAF – Apprentissage

 

Contact Presse : 06.31.93.76.40

Share This