Être apprenti·e, c’est parfois avoir un budget très serré. Jusqu’ici, les apprenti·e·s peuvent prétendre aux aides financières attribuées par leur Région, plus ou moins importantes selon son lieu de formation.

Les apprentis cumulent les problématiques rencontrées par les étudiants et celles rencontrées par les jeunes travailleurs. Cette situation particulière nécessite un accompagnement sur tous les plans : mobilité, hébergement,  restauration, achat du premier équipement professionnel, etc. L’ANAF accompagne les apprentis via sa plateforme en ligne SOS Apprenti et reçoit des nombreuses demandes concernant les aides. 

La réforme de l’apprentissage, en application depuis septembre 2018, implique de nombreux changements dans le système de gouvernance et de financement du système. Ces changements impactent aussi tes aides ! Les régions qui jusqu’à maintenant géraient l’apprentissage, vont perdre cette compétence qui va être transmise aux branches professionnelles, gérées par les OPCO. Les OPCO devraient prendre le relai et devraient désormais financer les aides aux apprentis.

L’ANAF a fait le bilan de toutes les aides régionales et a interrogé tous les Présidents de région quant au devenir des aides  attribuées. Certaines régions souhaitent maintenir ces aides, comme la région Hauts-de-France mais la plupart n’ont pas encore de position fixe et définitive, bien qu’il paraisse que l’arrêt des aides au profit de celles des OPCO soit la tendance.

< Synthèse des réponses des Régions 

Les recommandations de l’ANAF pour les futures aides aux apprenti·e·s

Mobilité, hébergement, restauration : ces dépenses constituent souvent des freins d’accès à l’apprentissage. L’ANAF fait ses recommandations sur les montants des futures aides en se basant sur son enquête auprès des régions et des aides qu’elles attribuaient jusqu’à maintenant. Nous voulons nous assurer que ces aides financières seront adaptées aux besoins réels des apprenti·e·s pour lever les freins d’accès à l’apprentissage.

Share This