INTÉGRER ET ACCOMPAGNER UN·E ALTERNANT·E

Vous avez embauché un·e alternant·e en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, ou bien vous avez pour projet de le faire et la question se pose de son intégration. Comment accompagner l’alternant·e lors de ses premiers pas en entreprise ? Avec quelle considération et quelles responsabilités ? La qualité de l’accompagnement sera déterminante vis-à-vis de l’efficacité de l’alternant·e, de sa fidélisation à l’entreprise et de son intégration au sein de l’équipe.

Accueil de l’alternant·e : un·e salarié·e à part entière !

L’alternant·e est un·e salarié·e à part entière. Il est donc essentiel de l’accueillir comme il se doit : présentation à l’équipe, visite des bureaux, rappel des missions et de leur contexte etc. L’alternant·e doit se sentir bien dans son environnement afin d’être rapidement opérationnel et efficace pour développer ses compétences sur son poste de travail.

Le Maître d’apprentissage ou tuteur, un rôle crucial dans l’intégration et l’accompagnement de l’alternant·e

PRÉREQUIS

Le maître d’apprentissage ou tuteur est un·e salarié·e reconnu·e pour son expérience qui sera chargé·e d’accompagner l’alternant·e. Son rôle est crucial dans le bon déroulement de l’alternance et à prendre très au sérieux. Aussi, adopter la posture d’un maître d’apprentissage/tuteur peut exiger d’adapter ses comportements. Ses prérequis sont les suivants :

Être titulaire d’un diplôme ou d’un titre au moins égal à celui préparé par l’alternant·e.
Avoir au moins un an d’expérience sur une fonction en relation avec le diplôme ou le titre préparé par l’alternant·e.

DEVOIRS

  1. Accueillir l’alternant·e : présenter l’équipe, le lieu de travail et les activités de l’entreprise ;
  2. Lui transmettre ses tâches et l’épauler dans leur organisation et leur planification ;
  3. S’assurer de ses conditions de travail (sécurité, matériel, hygiène) ;
  4. Se rendre disponible pour répondre à ses questions ;
  5. Superviser le travail effectué, l’aider à surmonter les éventuelles difficultés ;
  6. Assurer le suivi pédagogique : évaluer l’acquisition et le développement de ses compétences professionnelles etc ;

Si l’alternant·e est en situation de handicap, ne pas hésiter à solliciter son référent handicap !

QUALITÉS ESSENTIELLES

Écoute, communication et pédagogie
Bienveillance et patience
Objectivité et esprit d’analyse
Organisation et rigueur

FORMATION

Le maître d’apprentissage a la possibilité de se former afin de :

Connaître l’environnement réglementaire de l’apprentissage ;
Mieux appréhender les enjeux de l’apprentissage ;
Acquérir les méthodes et les outils pour accompagner efficacement l’apprenti·e tout au long de son parcours.

Les formations sont dispensées par :

Les Instituts régionaux d’administration (IRA) ;
Les plateformes régionales d’appui interministériel à la gestion des ressources humaines (PFRH) ;
Le centre national de la fonction publique territoriale (CNFTP) ;
Les comités régionaux emploi formation et orientation professionnelle (CREFOP) ;
Les Centres de Formation d‘Apprentis (CFA) ;
Les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) ;
Les Centres de Métiers de l’Artisanat (CMA).

PRÉPARATION

Prenez un temps avec le maître d’apprentissage/tuteur désigné afin de :

Définir les objectifs de l’accompagnement ;
Déterminer les moyens donnés pour sa mise en œuvre ;
Préparer « le plan d’action » de l’accompagnement progressif.

Suivi pédagogique par le tuteur enseignant et le maître d’apprentissage

En lien avec le tuteur enseignant désigné au sein de l’organisme de formation de l’apprenti·e, le maître d’apprentissage/tuteur assure un suivi pédagogique. 

Concrètement :

Il importe d’utiliser le livret d’apprentissage, mis en place par le CFA en vue de coordonner chacune des parties prenantes du contrat d’apprentissage.

Il est en effet essentiel pour le maître d’apprentissage de se saisir de ce devoir envers l’apprenti·e. Le suivi pédagogique permet :

Une bonne corrélation entre les missions confiées en entreprise et les critères d’évaluation de l’organisme de formation, afin de garantir à l’apprenti·e l’obtention de son diplôme.
 La progression de l’apprenti·e par l’évaluation de ses compétences

Initiation de l’alternant·e aux codes du travail et développement de sa posture professionnelle

Si l’alternant·e fait ses premiers pas dans le monde du travail, il est important de l’informer de ses droits et de ses devoirs à titre de salarié·e. Ce qui peut paraître évident pour un·e salarié·e de longue date ne l’est pas nécessairement pour un jeune diplômé. 

Entre autres, il s’agit de l’informer sur :

Le fonctionnement des congés et les démarches pour en faire la demande ;
Les rituels de l’entreprise ;
Le rapport aux heures de travail (existe-t-il une certaine souplesse ?) ;
Les outils de communication interne ;
Le matériel à sa disposition ;
Les codes de l’entreprise (vestimentaires etc) etc

 

Share This